Des professionnels de santé assistés d’animaux de compagnie

Faciliter la prise en charge de jeunes patients atteints de troubles autistiques

50 à 72 % des enfants atteints d’autisme peuvent présenter un comportement anxieux, non coopérant, pendant les soins dentaires. En outre, une anxiété est souvent sous-jacente même chez des patients coopérants, et une crainte débutante non perçue peut devenir une peur incontrôlable. Cette anxiété est au cœur du problème d’accès aux soins. Plus de la moitié des patients n’aurait jamais consulté un dentiste, et, parmi ceux qui le font, 76% auraient des difficultés à recevoir des soins et 85% ne consulteraient qu’en cas d’urgence. C’est au niveau de cette anxiété que l’approche comportementale, par la mise en œuvre de stratégies adaptatives, a un rôle fondamental à jouer. Parmi les techniques existantes, l’imitation, la synchronisation respiratoire, la distraction et le renforcement positif sont des processus très utilisés chez l’enfant. Chez les patients en situation de handicap, ces techniques s’appuient le plus souvent sur une communication non-verbale ou para-verbale – où l’on fera par exemple appel au(x) canal(aux) de transmission sensoriel(s) préféré(s) de l’enfant – plus que sur des procédés linguistiques. Dans ce contexte, la présence d’un animal lors de la consultation pourrait être d’une aide majeure.

Qu’est-ce que l’Intervention Assistée par Animal (IAA) exactement ?

L’Intervention Assistée par Animal est une approche thérapeutique de plus en plus utilisée dans les troubles moteurs, cognitifs ou sociaux. Elle présente de nombreux bénéfices, observés notamment chez les enfants en général et en particulier en situation de handicap, tels que la réduction de l’anxiété et l’amélioration de la capacité́ relationnelle. Nous faisons l’hypothèse que la présence d’un animal lors de la consultation réduirait l’anxiété des enfants avec troubles du spectre autistique face aux soins dentaires, et faciliterait par la suite une prise en charge thérapeutique ambulatoire classique sans assistance animalière.

Nous proposons une intervention originale mettant en présence un enfant avec troubles du spectre autistique et un chien dans le cadre d’une prise en charge bucco-dentaire, afin d’évaluer la faisabilité et de décrire le bénéfice apporté de l’intervention assistée par l’animal (IAA) en complément des outils de communication existants.

Quels sont vos objectifs à travers ce projet pilote ?

Décrire l’évolution de l’anxiété de l’enfant avec des troubles du spectre autistiques dans la salle d’attente, dans la salle de soins au moment des soins (radiographies, anesthésie, pose de la digue, utilisation d’instruments rotatifs, ou autres), à la sortie du cabinet dentaire, sans, puis avec le zoo thérapeute et son animal.

Notre critère d’évaluation principal est l’échelle de Venham modifiée par Veerkamp (Veerkamp et al. 1995).  Cette échelle de Venham modifiée mesure l’anxiété de l’enfant en se basant sur l’observation de son comportement sur une échelle de 0 (= détendu) à 5 (=totalement déconnecté de la réalité du danger), et est utilisée en pratique courante.

Quelles sont les retombées et bénéfices directs pour les patients ?

Cette étude pilote, menée sur des enfants entre 6 et 18 ans à l’hôpital Bretonneau à Paris, pourra permettre d’apporter des éléments descriptifs sur la faisabilité de l’IAA en cabinet dentaire et sur le bénéfice de la présence du chien. A la suite de cette étude, un essai randomisé contrôlé pourra être planifié, en fonction des résultats.

Sur le long terme, l’IAA permettra de :

1. Améliorer le vécu d’une situation potentiellement anxiogène lors des soins bucco-dentaires

2. Limiter les conséquences d’une absence de prise en charge ou d’une prise en charge tardive

3. Améliorer l’accès aux soins pour le patient comme pour le praticien

DENTEGO, la santé bucco-dentaire accessible à tous.

Ce projet a reçu le généreux soutien de Dentego et de sa Direction Médicale.

Créée en 2013 par deux jeunes entrepreneurs et deux chirurgiens-dentistes, Dentego connaît, depuis sa création, un fort développement, avec, d’ici la fin de l’année, 79 centres partout en France.

Dans un pays où un nombre croissant de personnes renonce à se faire soigner les dents, les fondateurs de Dentego ont souhaité rendre les soins dentaires accessibles à tous. En effet, on estime que 22 % de la population française renonce à ces soins contre 5% en Allemagne. L’ambition de Dentego est donc d’offrir le meilleur de la santé bucco-dentaire pour tous, en proposant des centres de santé qui allient technologie (plateaux techniques à la pointe de la modernité) et savoir-faire expert.